Je suis en Chine depuis un peu plus d'une semaine maintenant, la moitié de mon séjour est passé, et bien que je sois loin de me considérer comme une experte, j'ai pensé que ça serait sympa de vous faire part de quelques-unes de mes observations. C'est sans prétention et dans le désordre, hein, pas une étude sociologique complète. Parce que j'ai envie, je vais illustrer ces billets avec des photos au hasard, pas forcément en rapport avec les sujets évoqués ^^ Je préfère vous prévenir, que vous ne soyiez pas surpris.

Avant de commencer, je précise que j'ai déjà passé trois mois en Chine en 2007, à Pékin (et j'avais même fait un blog à l'époque ^^). Le pays ne m'est donc pas complètement inconnu (mais mon chinois est particulièrement rouillé), donc ça me permet parfois de limiter les surprises face à certains comportements ou évènements :)

Xiamen - quartier de la gare

Xiamen est une petite ville, selon les critères chinois, à la limite de la bourgade en fait: 2 millions d'habitants. À titre de comparaison, Pékin en compte près de 20, et Shanghai 23. Sauf que, du coup, ça paraît énorme pour nous. L'hôtel où nous logeons (dans une chambre au 35ème étage) est situé en plein centre de la partie insulaire de la ville, à proximité de la gare principale, ce qui fait que nous avons en permanence les bruits de la ville: circulation, publicités, restaurants… Pour être allée dans d'autres quartiers, notamment des bien plus chics, on peut aussi être très au calme.  Le bord de mer est carrément paisible, au moins en cette saison! Néanmoins, la vraie différence que je ressens avec Pékin, c'est que d'un point de vue touristique Xiamen est beaucoup moins fréquenté par les étrangers: dans les boutiques les vendeurs parlant anglais sont très rares, et vu qu'ils n'ont pas forcément l'habitude de voir des étrangers il vaut mieux carrément s'abstenir de venir si on ne supporte pas d'être dévisagé/observé. Il n'y a pas d'agressivité, juste une grande curiosité qui peut parfois mettre mal à l'aise. Moi je m'en fiche un peu (et pourtant je ne fais vraiment pas couleur locale), mais ça peut gêner. À vrai dire, ça rend parfois bien service d'être exotique: quand j'ai l'air perdue dans la rue, les gens viennent spontanément me proposer leur aide :) Les enfants sont rigolos aussi, ils s'étonnent beaucoup de nous voir et ils ont des réactions beaucoup plus spontanées que les adultes.

Et qui n'aurait pas besoin d'aide face à ça??
Xiamen - Bus stop

Sur la route, c'est le plus gros qui gagne. Ici, il vaut mieux éviter de traverser au rouge (et même parfois au vert, en fait), parce que les véhicules ne s'arrêteront pas pour vous, qu'il s'agisse d'une voiture, d'un bus ou d'un vélo. C'est à se demander pourquoi ils prennent la peine d'installer des feux de circulation. En passant, petite particularité ici: les motocyclettes sont principalement électriques (ce qui les rend d'autant plus dangereuses qu'on ne les entend pas arriver), je suppose pour qu'on puisse les utiliser sur Gulangyu, l'île juste en face où les véhicules à moteur thermique sont interdits pour préserver la tranquillité. Je n'ai pas encore vu d'accident (je n'en ai vu aucun non plus au cours de mes trois mois à Pékin), mais la circulation est très sportive; l'Homme a failli faire une attaque dans le taxi qui nous a amené à l'hôtel à notre descente d'avion. Si vous trouvez que les Parisiens conduisent mal, vous êtes mal parti ici! Il existe un examen du permis de conduire, mais je soupçonne nombre de Chinois de s'en affranchir ou d'envoyer leur cousin le passer à leur place.

Le parc pas très loin de notre hôtel est très vert et très agréable, bien que super fréquenté par beau temps
Xiamen - Jinbang Park

Les Chinois, contrairement aux idées reçues, ne crachent pas partout. Enfin, disons que j'ai l'impression qu'ils le font moins qu'en 2007 ^^ Je continue à trouver ça répugnant (surtout le bruit du raclement de gorge, ça c'est insoutenable), mais la plupart du temps les gens crachent dans les poubelles (il y en a partout) ou dans les caniveaux. Ils ne crachent pas dans les restaurants, non plus, mais par contre nombre de ceux-ci sont encore fumeurs, ou plutôt pas explicitement non-fumeurs, et c'est parfois un peu difficile de manger. On croise beaucoup moins de chiens qu'en France ou en Allemagne, peut-être parce qu'on est en ville (l'Amoureux souffle "ou parce qu'ils les mangent", mais il est mauvaise langue), et du coup il est super rare de croiser une crotte de chien sur un trottoir, ce qui est un changement agréable par rapport à Paris. Au final, les rues ne sont pas particulièrement sales, quand on considère le nombre de personnes qui y passent, y compris dans les quartiers plus populaires.

Je trouve ça mignon de dire "chérissez les fleurs et l'herbe"
Xiamen - Don't step on the grass

J'avoue que je suis contente de voir un autre aspect du pays, même s'il y a des similarités bien sûr avec Pékin. Nous allons passer une journée à Hong Kong la semaine prochaine, je pense que ce sera très chouette (et je vais essayer d'en profiter pour m'acheter une Hada Crie ^^).

Oula, j'ai déjà beaucoup trop écrit! Je crois qu'en fait, je vais faire plusieurs articles sur ce thème, sinon ce billet va faire des kilomètres. Dites-moi si vous vous posez des questions sur la Chine, j'essayerai d'y répondre dans la mesure de mes possibilités :) Pour me suivre en direct, c'est sur Instagram que ça se passe!

Rendez-vous sur Hellocoton !